L'amiante et ses risques

L'amiante et ses risques

Interdit en France depuis 1997, l'amiante est une fibre minérale naturelle. Elle a été beaucoup utilisée, dans l’industrie et le bâtiment, pour ses hautes performances techniques, et son faible coût de revient.

Lors de nos interventions sur des bâtiments de construction antérieure à 1997, la présence d’amiante sur toitures est fréquente dans de nombreux éléments de couverture : plaques ondulées, ardoises artificielles, conduits ou canalisations en amiante-ciment, bitumes, flocages qui servaient à isoler des gaines. L’amiante peut être présente sur tous les types de toitures construites avant 1997 (Traditionnel, industriel, terrasse). Cependant on la retrouve le plus souvent sur des toitures en fibrociment ou sur de l’ardoise artificielle.
L’inhalation de l’amiante des toitures peut provoquer de graves maladies respiratoires. De 400 à 500 fois moins épaisses qu'un cheveu, les fibres d'amiante, invisibles dans les poussières de l'atmosphère, se déposent au fond des poumons. Elles peuvent alors provoquer des maladies bénignes comme les plaques pleurales ou graves comme les cancers des poumons et de la plèvre, et les fibroses. Ces maladies se déclarent en moyenne 20 à 40 ans après le début de l’exposition.

Voilà pourquoi les équipes intervenant sur les toitures en amiante doivent être formés sur les risques, les modes opératoires à respecter, les moyens de prévention et le port des équipements de protection respiratoire. Une notice est d’ailleurs remise à nos couvreurs-étancheurs, avant toute intervention sur un matériau amianté, précisant ces différents points.
Dans tous les cas, le technicien de toiture doit porter une combinaison de protection jetable à capuche (de type 5) et un masque de protection respiratoire adapté (niveau de protection P3). Il doit également adopter un mode opératoire limitant l'émission de poussières.